#29 & 30 Avril 2020 – La galère des dons aux associations

Publié par Besight le

Plus de deux semaines après le lancement, déjà de nombreux dons sont au compteur.

Super ! Les clients sont contents de faire d’une pierre deux coups. Ils se protègent eux et protègent une asso.

Mais quelle(s) asso(s) ?

Bonne question. Très bonne question même car W. et J. se la posent également…

Et oui. On pensait qu’il suffisait de dire qu’on avait des masques à offrir pour que quelqu’un accepte gentiment.

Sauf que dans la vraie vie, ça ne fonctionne pas comme ça.

En fait, pour faire un don, il faut :

  • Ne pas communiquer sur l’association à qui on fait le don, sauf si elle est d’accord. Mais du coup si elle est d’accord, c’est plus vraiment un don c’est un “partenariat”. 🤔
  • Justifier que l’on fait un don à une association d’intérêt public pour le faire rentrer dans la compta. Surtout en cette période où on pourrait nous demander où sont passés 5000 masques pour se protéger du coronavirus. Les aurait-on revendus “au noir” ? Même pas imaginé mais maintenant qu’on l’apprend, on comprend pourquoi il faut le justifier.
  • Remplir un Cerfa incompréhensible qui, en plus, utilise la police en comic sans MS. On croyait qu’elle avait été bannie du monde informatique. A priori non…
  • Déduire ou non la TVA ? Réponse : ça dépend. Comme toujours en fait non ? Est-ce que le cas général existe vraiment ^^ ? En fait on peut déduire la TVA sur les dons, mais seulement parce que nous sommes actuellement en état d’urgence sanitaire. 🥱

Ok, avec ça on est rodés. Mais bien déçus du système tellement rigide pour un simple don !!!!

Comment est-ce possible de mettre autant de bâtons dans les roues des boites qui veulent faire une bonne action ?

On se dit honnêtement qu’on ferait presque mieux de prendre un chariot et de faire le tour de Paris pour distribuer les masques directement aux sans abris, sans rien dire à personne.

Retour à la réalité. On prend quand même notre courage à deux mains. D’ailleurs, il a fallu attendre demain pour trouver la solution.

On appelle le samusocial de Paris en trouvant le numéro de la responsable par chance sur un article de Presse !

Elle est non seulement OK mais surtout hyper contente de recevoir notre don (qui représente 800000 heures de protection à ce moment-là).

On se sent utile et surtout, on a pas l’impression d’avoir de bâtons dans les roues. Et oui, le samusocial de Paris n’est pas une asso mais un GIP : Groupement d’Intérêt Public.

Ce statut “permet à des partenaires publics et privés de mettre en commun des moyens pour la mise en œuvre de missions d’intérêt général”

https://www.samusocial.paris/notre-organisation

Super ! Enfin un statut qui permet aux gens d’aider les autres facilement. Quelle belle mission ! On remercie le samusocial de Paris pour toutes leurs actions et leur dévouement !

La commande part le lendemain. On livrera d’ici 4 semaines !

La suite au prochain épisode…

Catégories : Mini-série